À propos de tire-bouchons : la simplicité volontaire

Publié par Marc Chapleau le 16 Novembre 2011

Preuve que le Québec est devenu une terre où la culture du vin est étonnamment développée, on ne parle presque plus aujourd’hui de… tire-bouchons. Alors qu’un temps, on ne savait plus où donner de la tête tant les nouveaux modèles se bousculaient au portillon.

Les plus vieux se souviendront que jadis, voilà une trentaine d’années environ, l’objet en question était d’une grande simplicité. Une hélice, un manche, et le tour était joué. Le seul point important, toujours à l’époque : que l’hélice, la queue, soit vraiment en spirale, comme celle d’un cochon. Et non faite d’une mèche centrale pleine en forme de vrille, qui transperce le bouchon au lieu de délicatement s’y enfoncer, risquant ainsi à l’ouverture de mettre en morceaux un bouchon trop sec.

Puis il y a eu la mode, vers le début des années 1990, des tire-bouchons Laguiole (comme les couteaux), avec des manches en bois de ceci ou cela, en corne aussi bien sûr, dans tous les cas onéreux et dans tous les cas, ou presque, aussi jolis et précieux que difficiles à manier, pas vraiment adaptés à leur office.

Vint ensuite le modèle à deux leviers, popularisé par la marque espagnole Pulltap’s : au diable la coquetterie, bonjour l’efficacité. Grâce à l’ingénieux système, plus besoin de grimacer pour extraire le liège de la bouteille, ça se fait en criant ciseau.

Je prends des raccourcis, désolé, et n’ai ainsi rien dit sur le modèle Screwpull de base, que j’ai longtemps utilisé. Ni sur le Screwpull dit professionnel, celui que j’ai longtemps rêvé d’avoir… Avec ce dernier, on n’a qu’à monter sans forcer un gros levier puis le redescendre, le bouchon s’enlève comme par magie.

Mais cette envie-là m’est passée. Je me contente maintenant d’un modèle à double levier tout ce qu’il y a de plus simple, et de plus performant.

Qu’en est-il chez vous ?

-
|

commentaires

  1. Lucie dit le 16 Novembre 2011 à 7:04 pm

    Pour ma part, j’en ai un électrique (rechargeable)…..le bonheur!!!!1

  2. M Gosselin dit le 17 Novembre 2011 à 7:09 am

    Corckpop. Une aiguille injecte de l’air comprimé sous le bouchon, et POP, il est sorti.
    Ça impressionne toujours les invités, ça prend deux secondes et ne requiert virtuellement aucun effort.

    Autrement, un (vrai!!) Laguiole dispose d’une bonne hélice fait l’affaire quand on veut savourer le moment de déboucher une bonne bouteille.

  3. Marc Chapleau dit le 17 Novembre 2011 à 8:59 am

    Wow ! Électrique ? Je ne savais même pas que ça existait !

  4. Guillaume dit le 18 Novembre 2011 à 11:09 am

    Bonjour,

    Le Pulltap anciennement vendu à la SAQ est sans contredis mon préféré. Il est petit, peu coûteux et très efficace. Dommage qu’ils aient changé le modèle vendu à la SAQ, il est maintenant plus difficile à trouver en magasin.

  5. Robert meunier dit le 18 Novembre 2011 à 11:12 am

    Bien sûr , le fla fla n’est pas nécessaire mais j’utilise un laguiole

    acheté au début des années 2000 que je trouve facile à utiliser et d’une

    très grande efficacité et précision.

  6. Francis dit le 18 Novembre 2011 à 8:53 pm

    À lame de marque Peugeot! jamais de bouchon cassé et parfais pour les flacons un peu plus anciens

  7. Lapoune Ouellette dit le 19 Novembre 2011 à 6:50 am

    Electrique et rechargeable ??? Lucie vous faites ma journée !Je vous félicite pour votre audace et courage , aucun doute déguster un vin en votre présence doit être intéressant et enrichissant , j’aime les gens qui parlent des vraies affaires et qui expriment leurs opinions sans avoir peur du ridicule et des commentaires d’autrui .
    Pour ma part j’utilise un limonadier que j’ai reçu gratuiment lors de l’achat d’un vin californien ,un rosé d’environ $5.00 il y a plusieurs années

    Lap

  8. Moine dit le 20 Novembre 2011 à 6:36 am

    Je suis ambigu quel tire bouchon dois je utiliser pour ouvrir

    Château Doisy-Daëne Barsac grand cru classé 2007
    Code SAQ : 11198147 $41.50

    Et quel autre pour ouvrir

    CHÂTEAU DOISY DAËNE 2007
    LCBO VINTAGES 97899 | 375 mL bottle Price: $ 32.00

    Où est l’erreur ???????????????????????????????????????

  9. Marc Chapleau dit le 21 Novembre 2011 à 3:02 pm

    J’ai oublié de dire que lorsqu’on visite les domaines viticoles, en France par exemple, les vignerons eux-mêmes utilisent souvent dans leurs caves des tire-bouchons (ainsi que des verres) tout ce qu’il y a de plus simple, de plus basique. C’est probablement nous, les amateurs, qui nous compliquons trop les choses…

  10. Francis R dit le 22 Novembre 2011 à 1:08 pm

    Dans mon cas, plus ma passion pour le vin évolue, moins je m’attarde aux bidules et autres truc-muches qu’on essaie de me vendre (aérateur, tire-bouchons, carafe, clé du vin, verres ultra-spécialiés, etc.). 99,99% de mon argent va dans le vin! Quelques Riedel Ouverture, un limonadier cheapo, une carafe à 10$ et le tour est joué! Un jour viendra peut-être où je m’achèterai un tire-bouchon bilame pour ouvrir mes vieilles bouteilles, mais j’ai encore plusieurs années devant moi!

  11. J-M dit le 22 Novembre 2011 à 2:20 pm

    J’utilise un conventionnel, ma femme un électrique rechargeable. Elle réussit parfois mieux que moi mais en tous cas, elle ne rate jamais son coup et sans efforts.

  12. Mario dit le 23 Novembre 2011 à 3:47 pm

    Moi j’ai acheté deux si ce n’est pas trois Pulltap’s à la SAQ ces dernières années. Un pour la valise et deux pour la maison. C’est le plus bel instrument que j’ai acheté pour ouvrir mes bouteilles. Tout les autres gadgets que j’ai eu ou utilisé ont finis par briser mais pas ces derniers.

  13. Marc Chapleau dit le 24 Novembre 2011 à 8:39 am

    J’en déduis, à lire l’ensemble de vos commentaires, que la simplicité volontaire a plutôt bonne presse. Bien d’accord moi aussi pour mettre l’essentiel de l’argent sur le vin lui-même.

Laissez un commentaire


9 − = deux

© Tous droits réservés, SAQ 2012
Les prix indiqués dans les différents articles et vidéos sont sujets à changement sans préavis.