Bordeaux en blanc

Publié par Frédéric Fortin le 4 Août 2011

Cette semaine, sur notre page Facebook, nous vous avons demandé : Appréciez-vous les vins blancs de Bordeaux ? À notre grande surprise, peu d’entre vous ont répondu par l’affirmative et certains ont même timidement avoué qu’ils n’avaient jamais fait l’expérience d’un blanc sec provenant du vignoble bordelais.

Il est vrai que lorsqu’on pense à Bordeaux, les vins rouges de la rive droite et ceux du Médoc nous viennent inévitablement en tête. Néanmoins, les blancs secs, avec leur palette aromatique d’une grande complexité et leur équilibre exemplaire, ont aussi beaucoup à offrir. Pour mieux s‘y retrouver, on vous propose un rapide tour d’horizon de la plus vieille appellation du vignoble bordelais : Les Graves.

galets_Bordeaux_Graves_vin blanc_Cellier_SAQ

L’appellation, qui tire son nom des galets hérités de l’ère glaciaire qui jonchent son sol, longe la rive gauche de la Garonne de Bordeaux jusqu’à Langon. Les cépages qui y sont plantés pour la vinification des blancs sont le sauvignon blanc, le sémillon et la muscadelle. À plus petite échelle, on retrouve aussi l’ugni blanc, le colombard, le merlot blanc et l’ondenc. Ces deux dernières variétés représentent désormais des raretés sur le vignoble bordelais.

La réputation des vins des Graves fut quelque peu mitigée à une certaine époque. Il faut dire que l’appellation fut la victime d’une sorte de guerre «viticulturelle» au cours de laquelle les assaillants – les vignerons du nord de l’appellation – eurent gain de cause.

L’apogée du conflit est atteint en 1953 lorsqu’une nouvelle classification de l’INAO accorde le titre de cru classé à 16 nouveaux producteurs tous situés au nord de la région. Tandis que le syndicat des producteurs des Graves tente de renverser la décision, les producteurs «nordistes», quant à eux, prétendent qu’ils se distinguent par la qualité de leur production et cherchent à scinder l’appellation. Y a-t-il eu sécession ?

Eh oui! En 1987, est officialisée la création de l’AOC Pessac-Léognan.

Outre l’esprit élitiste que certain lui reproche, l’appellation a d’abord été créée dans une optique qualitative, en adéquation avec la demande actuelle. Le cahier de charge impose des rendements moins élevés (45 hectolitres/hectare au lieu de 50 comme dans le reste des Graves) ainsi qu’une plus grande densité minimum de plantation (6500 pieds à l’hectare comparativement à 5000 pour le sud). Enfin, Pessac-Léognan se distingue aussi par l’impossibilité d’y produire des vins à base de sémillon uniquement.

Vignes_Garonne_Pessac-Léognan_Graves_Vin_Cellier_SAQ

Il ne faut toutefois pas reléguer les vins des Graves au second plan. Ils sont, pour la plupart, d’une qualité exemplaire et, tout comme les vins à Pessac-Léognan, ils se définissent par leur fraîcheur, leur opulence et leur complexité, si bien qu’à l’aveugle certaines cuvées pourraient être confondues.

L’influence de la famille Lurton – plus particulièrement André en ce qui concerne les blancs – n’est pas à négliger. Les Lurton ont grandement contribué à la réputation des vignobles blancs des Graves et de Pessac-Léognan en rehabilitant des vignobles abandonnés et surtout en perpétuant une tradition d’excellence.

Êtes-vous un amateur des vins de Pessac-Léognan ou vous appréciez plutôt les blancs secs élaborés au sud de Bordeaux ? Pour le découvrir (ou le réaffirmer), Cellier vous propose ce match comparatif. Si vous n’êtes pas familier avec les blancs de ces régions, vous constaterez que le sauvignon blanc s’y exprime d’une façon toute particulière…

 

Château Villa Bel-Air Graves 2009

 

Villa Bel-air_Bordeaux_Vin blanc_Cellier_SAQ

 

 

 

Pays : France

Région : Bordeaux

Appellation : Graves

Classification : Fermenté en barrique

Fournisseur : Château Villa Bel-Air

Pourcentage d’alcool : 13,0 %

 

Code SAQ : 11341679

Prix : 22,40$

 

 

Notes de dégustation :

D’une belle robe jaune aux reflets verts, ce vin issu d’un assemblage de sauvignon blanc (65%) et de sémillon (35%) surprend d’abord par la prédominance de ses arômes de fruits exotiques, avec la mangue et la pêche en premier plan. Le nez évolue ensuite sur des notes de fleurs blanches et des effluves légèrement iodées. La bouche est équilibrée. La vivacité du sauvignon blanc en jeunesse est balancée par l’aspect gras et onctueux du sémillon. La finale moyennement longue se termine sur des notes de vanille qui témoignent de l’élevage en barrique.

 

 

Château de Rochemorin Pessac-Léognan 2007

 

Château de Rochemorin_Bordeaux_Vins blancs_Cellier_SAQ

 

 

Pays : France

Région : Bordeaux

Appellation : Pessac-Léognan

Fournisseur : André Lurton

Pourcentage d’alcool : 12,5 %

 

Code SAQ : 00743013

Prix : 24,95 $

 

 

 

 

 

Notes de dégustation :

Les reflets de la robe, qui oscillent entre le jaune-paille et le jaune-or, nous donne d’emblée l’indice d’un millésime un peu plus vieux que le Villa Bel-Air. Au nez, la complexité est à l’honneur. D’abord sur les arômes d’ananas et d’agrûmes, on reconnaît ensuite des notes d’avoine et de conifères. Pins, épinettes ou sapins ? Difficile à dire… La bouche est d’une grande amplitude, d’un équilibre irréprochable et nous laisse sur une longue finale qui soulève à nouveau la question : Pins, épinettes ou sapins ?

 

Vos commentaires sont les bienvenus.

 

Bonne dégustation !

 

-
|

Laissez un commentaire


cinq + 1 =

© Tous droits réservés, SAQ 2012
Les prix indiqués dans les différents articles et vidéos sont sujets à changement sans préavis.