Comment tomber en amour avec la Bourgogne ?

Publié par Marc Chapleau le 20 Mars 2012

En buvant un bon verre de chablis, pardi !

Je dis ça bien sûr parce que je suis présentement à Chablis même, pour la 11e édition des Grands Jours de Bourgogne. Cette grande manifestation bisannuelle regroupe, en 2012, plus de 2000 professionnels du vin. Tous des gens — journalistes, distributeurs, importateurs et autres sommeliers — venus de partout dans le monde pour arpenter, cinq jours durant, les principales régions viticoles bourguignonnes et déguster chacun, au bas mot, quelques centaines de vins.

Or pour nous, chroniqueurs du Québec, qui sommes présents ici, ladite semaine aura commencé en fanfare !

En l’occurrence, par une dégustation privée au prestigieux domaine François Raveneau, où je suis allé en compagnie de Nadia Fournier (Le Guide du vin) ainsi que de Jean Aubry (Le Devoir). Quelle leçon de choses… De grands chablis et de grands vins tout court, à la fois puissants et élégants, et persistants aussi, très, le goût se prolonge en bouche même une fois la gorgée recrachée. Quoique ce ne soit pas l’envie de tout avaler qui manquait… Sauf qu’à 9 heures le matin, et étant donné qu’on allait en enfiler une cinquantaine par la suite, avant le dîner, dans la salle communale regroupant plus de 50 producteurs, il valait mieux déguster dans les règles de l’art !

Mais Raveneau a eu beau nous en mettre plein la vue, ne boit évidemment pas du grand vin et ne passe pas par la Bourgogne qui veut. Je liste donc ci-dessous, pour ne pas vous laisser en plan, des suggestions de bons chablis assez largement disponibles en ce moment, au Québec. Plusieurs sont de l’excellent millésime 2010, en passant.

Très polyvalent à table

Sachez que le chablis — par définition un vin blanc, à base de chardonnay — fait un excellent apéro, sec et acidulé comme il l’est souvent. À table, les fruits de mer et au premier chef les pétoncles sont des partenaires tout désignés. Si la bouteille a de l’âge, disons plus de 8 ans, Bernard Raveneau (le fils de François, qui gère aujourd’hui le domaine familial) suggère d’envisager plutôt une volaille ou un fromage à pâte dure, comme le comté.

4 très bons chablis d’entrée de gamme à moins de 25 $ :

* Chablis Bichot 2010;

* Chablis Drouhin 2010;

* Chablis « La Sereine » La Chablisienne 2008;

* Chablis « Champs Royaux » William Fèvre 2010;

3 chablis un cran meilleurs, plus amples, plus riches :

* Chablis 1er cru « Vaillons » 2007 Jean Dauvissat — à 32,75 $, en succursale et dans saq.com;

* Chablis 1er cru « Côte de Léchet » La Chablisienne 2009 — à 31 $;

* et une petite folie, ou pour une occasion spéciale ou un cadeau — Chablis Grand Cru Bougros Joseph Drouhin 2009, à 73 $.

-
|

Laissez un commentaire


+ 8 = dix

© Tous droits réservés, SAQ 2012
Les prix indiqués dans les différents articles et vidéos sont sujets à changement sans préavis.