Entretien avec Chuck Wagner de Caymus

Publié par SAQ le 20 Juin 2015

Capture d’écran 2015-06-20 à 08.52.13

À l’occasion de la Fête des Pères, Jean-François Demers a rencontré Chuck Wagner, le propriétaire de Caymus Vineyards, pour l’interviewer sur sa relation avec ses enfants.

Par Jean-François Demers

Depuis 43 ans, Chuck Wagner fait du vin dans la vallée de Napa. Les deux choses dont il est le plus fier : avoir fait du Caymus un des vins les plus réputés de la planète, et avoir réussi à transmettre sa passion à ses enfants, Joseph, Charlie et Jenny.

« Je suis heureux de les avoir tous les trois au sein de l’entreprise viticole familiale », affirme-t-il, ajoutant avec un peu de regret que son père n’a vu que ses garçons s’impliquer dans le vignoble : il est décédé avant d’avoir pu connaître le talent de la cadette.

À chaque enfant son vin

Pour ses enfants, Chuck Wagner a monté une structure regroupant plusieurs petites entreprises familiales. Chacun est responsable d’une marque, à titre de propriétaire majoritaire. « Évidemment, ils sont privilégiés de pouvoir profiter de cet héritage, que j’ai bâti au prix de beaucoup de sacrifices. Maintenant, c’est à eux de faire leurs preuves, de rendre leur entreprise viable et de grandir dans l’univers du vin », explique Wagner.

Tout comme leur père, Joseph et Charlie n’ont pas terminé leurs études au collège avant de se mettre à travailler au vignoble. « Ils ont appris le métier les deux mains dans les vignes. C’est la seule façon de devenir vigneron! » assure Chuck. La troisième de la famille, Jenny, a fait des études en commerce – et non en œnologie ou en agriculture. Elle apprend donc au jour le jour avec toute l’équipe.

Lhéritage paternel

C’est après que son propre père a été victime d’une tentative d’assassinat que Chuck s’est vraiment rapproché de lui. Ils sont devenus de grands complices dans toutes les étapes du développement de Caymus. « J’ai cru que j’allais le perdre. Par la suite, nous avons travaillé ensemble d’arrache-pied. La compétition est devenue féroce, avec l’arrivée en Californie de vignerons du monde entier. Tous avaient le même objectif : produire le meilleur vin au monde. »

Aujourd’hui, le vin Caymus est devenu une véritable icône. Élaboré selon trois critères – concentration, textureet fruit à l’avant-plan –, il a étéélu deux fois « Wine of the Year » par le Wine Spectator. Une première dans l’histoire de ce magazine.

Une passion partagée

Avec fierté, Chuck explique que ses enfants ont développé leur palais et qu’ils ont des goûts diversifiés et affirmés. Joseph produit le Belle Glos, un vin rouge soutenu et intense composé de pinot noir à 100 %, nommé en l’honneur de sa grand-mère, Lorna Belle Glos Wagner. Charlie, de son côté, produit le Mer Soleil, un chardonnay très riche, fermenté et vieilli en barrique. Quant à Jenny, son Emmolo est un sauvignon droit et fabuleux, qui porte le nom de jeune fille de sa mère, Cheryl Emmolo. À l’évidence, les grappes ne sont pas tombées loin de la vigne…

Le cadeau de la fête des Pères

Depuis quelques années, à la fête des Pères, chacun des enfants Wagner offre au grand vigneron une bouteille qui reflète ses propres préférences. « Charlie m’apportera un grand cru riesling de Trimbach, un vin que nous affectionnons lui et moi pour son charme et sa minéralité, qu’il soit jeune ou vieux. Joseph, lui, aime tout ce qui est bon, peu importe la provenance. Je crois qu’il optera pour un bourgogne rouge, pas d’un domaine de la Romanée-Conti, mais certainement un grand cru. Et ma fille Jenny m’achètera évidemment ce qu’elle aime tant, un vin de la Loire, un Didier Dagueneau, la quintessence du sauvignon. »

-
|

Laissez un commentaire


+ 4 = huit

© Tous droits réservés, SAQ 2012
Les prix indiqués dans les différents articles et vidéos sont sujets à changement sans préavis.