Les finalistes du concours Meilleur Sommelier du Québec 2014

Publié par Frédéric Fortin le 15 Mai 2014

Médailles_Cellier_Vins mémorablesDepuis le 25 avril dernier, date à laquelle se tenait la demi-finale du concours Meilleur Sommelier du Québec 2014 à l’École hôtelière des Laurentides, Carl Villeneuve, Bertrand Eichel et Guillaume Plante profitent d’un dernier sprint de révision. Les finalistes sont heureux de passer à l’épreuve ultime, mais ils savent pertinemment que la tâche sera ardue et qu’ils doivent être prêts.

Voici une brève description des trois courageux sommeliers qui se livreront une chaude lutte pour l’obtention du titre de Meilleur Sommelier du Québec, le 17 mai prochain au Château Frontenac.

Guillaume Plante

Le parcours professionnel de Guillaume Plante commence en cuisine italienne aux restaurants Bravi et Cibo & Vino. Ce n’est cependant qu’à son arrivée aux restaurants Confusion – Tapas du monde et Chez Victoire qu’il développe un intérêt réel pour le vin, sous la gouverne de la sommelière Sindie Goineau. À la suite de quelques cours vinicoles et d’un passage au restaurant Méchant Bœuf et à la Terrasse Nelligan à titre de gérant, il déniche son premier emploi de sommelier au restaurant Le Local, poste qu’il occupe encore à ce jour.

1) Qu’est-ce qui vous motive à participer à ce concours ?

La compétition a toujours été quelque chose que je recherche tant qu’elle pousse à devenir meilleur. Et quand on réussit, c’est super comme sentiment. Dans le cas de cette compétition-ci, le titre est largement convoité, et c’est toute une expérience de vie.

2) Quel(s) sommelier(s) vous inspirent ?

Plusieurs sommeliers m’inspirent. En tête de liste, Élyse Lambert, puisque j’ai pu plancher avec elle sur des dégustations, et elle est l’exemple parfait d’une personne acharnée, dynamique et dédiée. Ensuite, viendrait mon compétiteur et ancien employeur, Carl Villeneuve-Lepage, avec qui j’ai eu la chance de travailler lors des 8 ou 9 derniers mois, et qui m’a été d’une grande aide dans mes apprentissages.

3) Qu’allez-vous déboucher si vous remportez le concours ?

En blanc, le Chablis Grand Cru Valmur 2009 de François Raveneau, et en rouge, le Cerasuolo di Vittoria 2010 de COS.

Carl Villeneuve

Avec en poche un diplôme en service et en sommellerie de l’ITHQ et un certificat d’œnologie de l’Université du vin de Suze-la-Rousse, Carl Villeneuve a obtenu un emploi au restaurant Le Local, où il s’est rapidement démarqué, passant de commis à chef sommelier en moins de 3 ans. Il est présentement en route vers le niveau avancé de la formation Master Sommelier, et vient tout juste de décrocher un poste de sommelier au restaurant Toqué !

1) Qu’est-ce qui vous motive à participer à ce concours ?

Les concours et les examens de Master Sommelier sont d’excellentes motivations pour pousser l’étude du vin et ce qui l’entoure un peu plus loin. C’est comme être à l’école et se préparer pour ses examens finaux. Lorsqu’on a un objectif, l’effort à mettre pour obtenir le niveau escompté se traduit par une sorte de discipline qui est susceptible d’être récompensée.

2) Quel(s) sommelier(s) vous inspirent ?

Mon mentor est Élyse Lambert, sans aucun doute. Je continue de m’entraîner avec elle et nous nous soutenons dans nos projets respectifs.

3) Qu’allez-vous déboucher si vous remportez le concours ?

En blanc, un Meursault 2011 de Rodolphe Demougeot, et en rouge, le Barolo 2008 d’Elio Altare.

Bertrand Eichel

D’origine alsacienne, Bertrand Eichel fait ses premiers pas viticoles dans les vignes familiales. Passionné de gastronomie, il suit dès l’âge de 14 ans une formation au Lycée des métiers de l’hôtellerie et du tourisme Alexandre Dumas de Strasbourg pour devenir cuisinier, puis se spécialise en sommellerie. En 2002, il s’établit au Québec, où il parfait ses connaissances et son expertise dans le domaine. Il agit présentement à titre de sommelier au Club 357 C.

1) Qu’est-ce qui vous motive à participer à ce concours ?

La soif de défis, la rencontre d’autres sommeliers et la recherche de l’excellence.

2) Quel(s) sommelier(s) vous inspirent ?

Alain Bélanger, sa simplicité, sa générosité, son professionnalisme et sa montagne de connaissance. Une très belle personne…

3) Qu’allez-vous déboucher si vous remportez le concours ?

Le FRV100, pétillant rosé naturel du Domaine des Terres Dorées. Un pétillant rosé pur fruit, pur plaisir qui se boit sans soif pour les petits et grands moments. Merci à Jean-Paul Brun de nous faire de si beau gamay. Un producteur généreux et fidèle à son terroir.

Bonne chance aux trois participants !

P.S. : pour suivre en direct le déroulement du concours, suivez le mot-clic #MSQC2014 sur Twitter.

-
|

Laissez un commentaire


− 7 = deux

© Tous droits réservés, SAQ 2012
Les prix indiqués dans les différents articles et vidéos sont sujets à changement sans préavis.