Louis Garneau, amateur de bons vins !

Publié par SAQ le 10 Juillet 2015

À l’occasion du Tour de France, qui se déroule du 4 au 26 juillet, nous avons demandé à Louis Garneau si « discipline sportive » peut rimer avec « amour du vin ».

 

Photo : Louis Garneau Sports

Photo : Louis Garneau Sports

 

Louis Garneau n’a jamais fait le Tour de France, mais notre champion olympique a assisté plusieurs fois à cette compétition mythique, parfois comme commanditaire, parfois à titre d’invité d’honneur.

 

Louis Garneau et Thomas Voeckler de Team Europcar au Tour de France 2012. Crédit photo : Team Europcar

Louis Garneau et Thomas Voeckler de Team Europcar au Tour de France 2012. Crédit photo : Team Europcar

« Les athlètes sont très rigoureux par rapport à leur alimentation et ne boivent jamais d’alcool avant une course, bien sûr. Le Tour de France est un marathon qui dure trois semaines, donc les sacrifices sont énormes! C’est après cette épreuve difficile qu’on peut voir les cyclistes se détendre et faire couler le champagne à flots pour fêter avec leurs proches. J’adore ce moment, que je partage chaque fois avec les participants, et depuis le champagne est devenu un symbole de réussite et de joie pour moi, confie-t-il. Ma femme et moi, nous sommes amateurs de bulles. Quand un contrat est signé pour Louis Garneau Sports, nous avons l’habitude de prendre un verre ensemble pour souligner l’événement. »

 

Tour de France. Crédit photo : Team Europcar

Tour de France. Crédit photo : Team Europcar

Depuis qu’il a changé de carrière pour se consacrer à son entreprise de vêtements sport, en 1984, Garneau avoue qu’il a plus souvent l’occasion de savourer de bons vins et de cultiver cette passion qui grandit lentement : « Je ne suis pas un grand connaisseur, mais je suis curieux. J’ai appris à goûter et à découvrir les vins grâce à mon ami Patrick Savard, un ORL qui en connaît beaucoup sur le sujet. Il organise souvent des séances de dégustation et j’y prends de plus en plus de plaisir. »

Des régions ou des vins de prédilection? De son propre aveu, Louis Garneau a une «connexion émotionnelle» avec Bordeaux. « Quand je courais pour une compagnie française, en 1978, l’entraîneur nous faisait sillonner pendant notre entraînement cette région magnifique. J’ai pu aussi goûter à quelques grands vins lors de nos périodes de pause. Aujourd’hui, quand je bois un verre de Château Latour, je me rappelle cet endroit avec nostalgie! »

Pousse-t-il l’intérêt jusqu’à faire des voyages vinicoles? « Je n’ai pas encore eu la chance d’en faire beaucoup, car je mène une vie assez remplie, mais c’est un projet à court terme, répond-il. J’en ai fait un mémorable dans la vallée de Napa, et cela m’a donné la piqûre. J’ai aussi visité les grandes maisons en Champagne, au cours d’un voyage de presse. C’est tellement enrichissant! Je me promets d’aller prochainement dans la vallée de l’Okanagan, une région que j’affectionne pour ses vins, en particulier ceux d’Osoyoos Larose, dont l’un me rappelle les grands bordeaux. »

L’ex-cycliste souligne qu’un de ses grands plaisirs du moment est d’inviter ses amis pour des soupers où le vin est à l’honneur. « Chacun apporte un vin et on se fait découvrir nos coups de cœur autour d’un bon repas. Ma femme propose des accords mets et vins pour lesquels elle a fait un peu de recherche; c’est elle la spécialiste du couple! »

S’adonne-t-il encore à sa passion pour le vélo? « Oui! J’en fais encore beaucoup, mais j’aime aussi les moments où je peux relaxer. J’aime rigoler, prendre du bon temps, et je crois à l’équilibre dans la vie. Bientôt, le Tour de France sera terminé, et je m’attablerai avec les coureurs pour partager un beau repas festif arrosé de bons vins! »

-
|

Laissez un commentaire


2 + = cinq

© Tous droits réservés, SAQ 2012
Les prix indiqués dans les différents articles et vidéos sont sujets à changement sans préavis.