Magnums en folie

Publié par Marc Chapleau le 19 Décembre 2011

En folie, en folie, c’est vite dit. Je m’emporte un peu avec un titre pareil puisqu’il s’agit au contraire de garder plutôt la tête bien froide, malgré l’avalanche de repas et de festivités. Et de s’assurer, bien important, d’avoir assez de vin pour tout le monde, si on reçoit au-delà de huit personnes ou même si c’est nous qui sommes invités quelque part. La solution toute trouvée : se procurer des magnums – on prononce ma-gnomme ou, avec plus de punch, mague-nomme – et ainsi disposer chaque fois de l’équivalent de deux bouteilles ordinaires (de 750 ml).

Souvent, qui dit gros format comme celui-là dit vin relativement cher, qui gagne à vieillir en cave. Mais pas toujours, loin de là.

L’autre gros avantage du magnum, c’est qu’on peut regoûter le vin au moins une fois sinon deux ou trois, même après qu’il a fait le tour de la table et que tous s’en sont servis. Sans compter que ça fait bonne impression : celui ou celle qui dépose d’un coup 1,5 litre sur la table devient pour ainsi dire le roi ou la reine de la soirée!

Et il ne faut pas se limiter au vin rouge ou au vin blanc : le vin mousseux, le champagne au premier chef, est souvent plus éclatant dans un magnum, plus fringant. (D’ailleurs, la plupart des vins se plaisent, dans le format 1,5 litre ou plus gros encore, et de cela il faudra reparler un jour, car il s’agit d’un sujet en soi.)

Possible, par ailleurs, que rafraîchir une grosse bouteille soit plus malaisé, surtout si le frigo, du fait des festivités, est déjà rempli à capacité. Ne vous cassez pas la tête : déposez tout simplement la bouteille à l’extérieur, sur le balcon ou la galerie, et laissez-la là entre 15 minutes et une demi-heure, selon la température qu’il fait dehors.

Voici maintenant quelques suggestions de magnums assez aisément trouvables à la SAQ, un peu partout au Québec :

VINS BLANCS EN MAGNUM

* Soave Classico « Calvarino » 2008 Pieropan, à 49,75 $ – un blanc italien d’excellente tenue, élaboré par une maison sérieuse en Vénétie. À servir pour lui-même, à l’apéro, ou sur une variété d’entrées, par exemple de poissons ou de crustacés.

* Soave Classico « La Rocca » 2009 Pieropan, à 66 $ – Un autre bon vin signé Pieropan mais d’un millésime plus mûr, il plaira aux amateurs de vins plus ronds, plus veloutés, moins acidulés.

VINS ROUGES EN MAGNUM – le choix est beaucoup plus grand

* Bronzinelle 2009 Coteaux du Languedoc, à 35,75 $  – impossible (ou presque) de se tromper avec cet assemblage de syrah, grenache, carignan et mourvèdre. Assez corsé mais juteux, aux tannins arrondis.

* Château Clarke 2006, un bordeaux d’appellation listrac-médoc, à 68,50 $ [http://bit.ly/tYithu] – il en reste peu dans le réseau, mais il vaut la peine d’être débusqué! Celui-là sera relativement corsé et tannique, une viande rouge saignante l’amadouera. Autre possibilité, en prélever un bon verre le matin même, pour y goûter, puis laisser le vin reposer au frais toute la journée; l’oxygène qu’on aura fait entrer en versant du vin aidera à assouplir l’ensemble et à exalter les arômes un peu.

* Cabernet Sauvignon Farnito 2005 Carpineto, à 61 $ – histoire de voir à quel point l’Italie se débrouille très bien même avec les cépages internationaux.

* Campoforin Masi 2008, à 37,50 $ et Dogajolo Carpineto 2010, à 29,15 $ – deux bons rouges pas chers et assez passe-partout, à table, qui iront avec une variété de plats.

VINS MOUSSEUX EN MAGNUM

Parfois, à la toute fin du repas mais avant le dessert, un mousseux a l’avantage de régénérer les papilles, un peu comme le ferait un trou normand.

* Crede Bisol 2010, à 41,50 $ – un « prosecco », vin mousseux de Vénétie, plaisant et abordable, dans tous les sens du terme.

* Bruno Paillard Brut Première Cuvée, à 118,75 $ – un excellent vin et un vrai champagne, à déguster pour lui-même, à l’apéritif, ou à apporter en cadeau en priant le ciel pour que l’hôte ait l’idée de l’ouvrir au cours du repas, au lieu de le laisser poireauter sur l’armoire…

______________

Voilà, j’allais vous souhaiter de joyeuses fêtes, mais je vous reviens ce jeudi 22 décembre avec un dernier texte avant l’an prochain.

-
|

commentaires

  1. Isabelle Deslandes dit le 19 Décembre 2011 à 5:11 pm

    Dans mon cas on peut vraiment parlé de folie car j’en ai acheté au moins une dizaine, mais quelle belle folie! Isabelle D.

  2. Marc Chapleau dit le 20 Décembre 2011 à 1:50 pm

    Je commence à en stocker de plus en plus moi aussi, il était temps !

  3. Louis Deslauriers dit le 12 Février 2012 à 12:22 am

    Il n,y a jamais assez de bonnes bouteilles dans une cave.

Laissez un commentaire


− un = 5

© Tous droits réservés, SAQ 2012
Les prix indiqués dans les différents articles et vidéos sont sujets à changement sans préavis.