« Carafer » ou décanter?

Publié par Simon Gaudreault le 3 Octobre 2011

On peut souvent lire parmi les commentaires de dégustation, dans diverses publications, ou même sur le site SAQ.com, la suggestion de passer le vin en carafe pendant un certain temps. Mais qu’en est-il de l’effet réel de la carafe sur le vin?

Premièrement, il faut faire une distinction entre les termes « décanter » et « passer en carafe », ou « carafer » (ce terme est un néologisme, est-ce qu’on peut l’utiliser ou non?), comme on entend parfois. Lors de la décantation, l’objectif principal est de séparer le vin d’un dépôt qui pourrait s’être formé au fond de la bouteille. On effectue généralement cette opération avec des vins matures, qui ont séjourné en cave pendant un moment. Pendant le vieillissement, certaines composantes du vin se sédimentent, et on veut éviter d’avoir ces dépôts peu appétissants au fond du verre. À noter que, la plupart du temps, on peut effectuer cette opération juste avant le service du vin, puisque l’enjeu n’est pas forcément l’aération du vin. En gros, décanter, c’est simplement l’opération de séparer liquides et solides…

Pour ce qui est de mettre le vin en carafe, l’objectif est tout autre. Cette opération est souvent prescrite pour des vins jeunes, fringants et costauds. En jeunesse, les vins sont parfois « fermés », c’est-à-dire qu’ils ont de la difficulté à s’exprimer. Un peu à l’image d’un enfant relativement jeune dont le discours est peu structuré et qui utilise peu de mots pour décrire ses besoins, ses émotions. Et paradoxalement, si les parfums du vin se dévoilent difficilement, la structure du vin (acidité, tannins, alcool), elle, peut sembler un peu dure et proéminente. Cela se traduit par des vins un peu asséchants, ou même austères, qui ne se livrent pas facilement. Donner une chance au vin de respirer, c’est lui donner une chance de s’exprimer davantage et, du même coup, présenter un bouquet à la hauteur de sa fougue, de son insolente jeunesse… Résultat? L’impression de boire un vin plus équilibré, plus agréable…

Quels vins on carafe? Pas tellement de danger d’abîmer un vin jeune, de lui nuire. Alors, pourquoi pas, ça vaut le coup d’expérimenter avec votre vin préféré. On pense d’abord et avant tout aux rouges corsés, mais pourquoi pas aux rouges plus souples, ou même aux blancs? On dit également que la carafe peut permettre, partiellement, d’entrevoir comment le vin pourrait évoluer avec le temps…

Et côté matériel, pas besoin de se compliquer la vie. Il faut retenir que l’air fait le boulot, et non pas la carafe elle-même. Donc, une carafe évasée, qui permet d’avoir une bonne surface de contact entre le vin et l’air ambiant, est parfaite pour cette opération. La carafe la plus modeste peut donc être très efficace. Pas de carafe? Essayez avec un pichet à eau en verre de forme relativement évasée, pourquoi pas? Et combien de temps passer un vin en carafe? Règle générale, n’hésitez pas à carafer un rouge costaud pour une période d’une à deux heures. Les vins les plus puissants peuvent en prendre encore davantage. Avez-vous déjà fait l’expérience d’un vin qui, ouvert la veille, est encore meilleur 24 heures après l’ouverture? C’est un bon exemple de l’effet bénéfique de l’air sur la plupart des vins jeunes…

Et vous, voyez-vous une différence entre un vin servi directement de la bouteille et un vin passé en carafe?

-
|

Laissez un commentaire


8 − six =

© Tous droits réservés, SAQ 2012
Les prix indiqués dans les différents articles et vidéos sont sujets à changement sans préavis.